Château des Boulayes

Bien introduit auprès d'une riche clientèle de financiers, Nicolas-Claude Girardin construisit entre 1777 et 1779 pour le banquier génois Octave-Pie Giambone l'immeuble rue de Bondy connu aujourd'hui sous le nom d’hôtel de Rosanbo2.

Giambone avait épousé Marie-Louise de Marny, l'une des maîtresses de Louis XV au Parc-aux-Cerfs. Ils avaient eu une fille, Adélaïde Catherine (1766-1824), qui avait épousé Claude François Jean Bélanger (ou Bellanger) (1757-1830), colonel, « sous lieutenant des Gardes du corps », haut dignitaire de la Maison du Roi, très bel homme qui fut l'un des protégés de Mme du Barry3.

Ce dernier hérita en 1784 de sa tante, Adélaïde Labouré-Pothenot, la seigneurie des Boulayes. Le nom de cette terre – variantes : les Boulaies, les Boulets – renvoie à un lieu planté de bouleaux. Cette terre appartenait en 1546 à André Maillard, conseiller au parlement. Son successeur, Charles Maillard, sous Charles IX, épousa Madeleine de Marillac. Au xviiie siècle, on trouve en 1700, M. de Berenghien, lieutenant général des provinces de Champagne et de Brie, co-seigneur des Boulayes avec le marquis de Ségur (†1737)4. Le château des Boulayes appartint ensuite à M. Lettré.

Disposant de moyens financiers confortables grâce à la dot de sa femme, Bélanger chargea Girardin de moderniser le domaine en détruisant le vieux logis entouré de douves en eau pour le remplacer par un château à la dernière mode.

La construction fut menée rapidement, de juillet à décembre 1785.

Bélanger émigra à la Révolution ; son château fut confisqué et vendu comme bien national (Wikipedia)